Notre Dame de la Consolation


Le Pech de Montredon sur lequel est bâti le sanctuaire devait s'appeler " Larzac " ; mot d'origine celtique qui, avant de devenir nom propre signifiait : lande, garrigue, plateau .

Par la suite, les bords de l'Orbieu devinrent habitables. Un colon romain du nom de fabricius, vint s'établir en amont du Confluent de la Nielle. La villa fabriciana devint fabricianum.

  • 1251 : Pierre Gazon consul de Lézignan, fait mention dans son testament du sancture de Notre dame de Larzac, qui n'est autre que Notre Dame de Consolation. Existait-il déjà une chapelle ou un Oratoire ?
  • 1615 : le 4 décembre, devant Maître dufour, notaire à Fabrezan ; Dame Isabeau de DIER, veuve de messire Jean de SEIGNEURET (seigneur de Fabrezan), donne et concède à Pierre TEULADE ; prêtre natif du présent lieu, pour la construction d'un ermitage et chapelle " toute la terre qui est assise sur le Pech de Montredor à savoir la terre inculte qui est sur le plat de la dite montagne, seulement limitée tout alentour du rocher sans se pouvoir étendre plus avant " en présence de messire François PEGNA, prêtre recteur de VILLEROUGE la panouse et de Pierre Tarante, habitant du dit lieu de FABREZAN, pour y bâtir une église "en l'honneur de dieu". La nouvelle chapelle devait faire rayonner la doctrine divine de la douleur. Le titre de Notre Dame de Consolation prévalut au titre de Notre Dame de Pitié à la fin du 17°siècle.
  • 1619 : pierre tombale d'un ermite de Notre Dame ; elle était jusqu'en 1894 dans la chapelle latérale. Les lettres ont été marquées en rouge " factus sum sicut passer solitarius in tecto " : " je suis devenu semblable au passereau qui vit solitaire sous la toiture." (extrait d'un psaume de David).
  • 1659 : l'église n'est pas terminée, l'abbé Fornès, fait transférer solennellement à Notre Dame la statue en bois doré de la " vierge au livre "
  • 1686 : achévement du remaniement de la chapelle latérale primitive.
  • 1746 : construction du porche monumental d'entrée
  • 1776 : l'abbé de Lastours, vicaire général, muni des lettres d'investiture, à lui accordées par messire Charles FOURNAS de la Brosse, seigneur de FABREZAN, donne l'habit d'ermite de st Benoît et le nom de frère Vincent Benoît à Blaise Gebndry, dioése de Montluçon, et l'autorise à habiter l'ermitage de Notre Dame.
  • 1792 : inventaire par les membres du corps municipal du mobilier de Notre Dame mentionnant l'antique Vierge dit "des fièvres". Notre Dame est vendue comme bien national et sert de bergerie.
  • 1874 : réparation du cloître et de la terrasse, creusement du puits de la côte pavée, mise en place d'une pompe.
  • 1876 : disparition de la Vierge dite "des fièvres" remplacée par la Vierge à l'oiseau, reproduction de la Vierge de St Germain des Prés.
  • 1894 : peintures murale par J.Beneset.
  • 1903 : réparations au porche de notre Dame

Cliquez ici pour agrandir l'image

Les statues de la Vierge

  • La Vierge dite des Fièvres : d'après l'inventaire de 1792 il est dit : " dans le cloître avons trouvé une autre statue en bois de chêne peinte en rouge représentant la Vierge, fort en vénération pour la guérison des excès de fièvre."
  • La Vierge à l'oiseau: elle remplaça la Vierge dite "des fièvres". C'est une reproduction de la Vierge de St Germain des Près (Notre Dame la Blanche de la l'abbaye de St Denis)
  • La Vierge à la main : statue en bois de saule (dans le cloître)

Pour la visite de la Chapelle demander les clés à la Mairie.


Accès à la chapelle : avenue de la Mairie, puis rue Ste Elisabeth

ou avenue de Lagrasse puis rue du Lavoir.