VILLEROUGE la CREMADE

Ancienne paroisse du consulat de FABREZAN



Situé aux abords de la route départementale 611, ce hameau est dominé par un château ruiné, dont il ne reste qu'un mur visible.

De très nombreuses pierres ont vraisemblablement été réutilisées comme dans tous les villages possédant des ruines de ce genre.

Ce hameau, ancienne paroisse dans le consulat de FABREZAN, a dépendu avec ce bourg de l'abbaye de LAGRASSE.

Trouver des informations sur cette ancienne paroisse, relève d'un défi ou d'une enquête minutieuse.

Le lieu actuel comprend plusieurs zones habitées au cours des siècles :

VILLEROUGE - haute (ou les granges hautes) où se trouvent les ruines et la chapelle primitive du château, dédier à St Saturnin. Cette église, dressée sur une étroite terrasse, comprend une simple nef voûtée en plein cintre à l'origine et fermée à l'est par une absde à cul de four.

Ce remarquable édifice roman, décoré à l'origine, présente encore des lambeaux de fresques du XIIème siècle. On pourra admirer une effigie sculptée datant du XIVème siècle de ST. SERNIN.

Les GRANGES DU CENTRE où se trouve un bâtiment ayant abrité l'école et des habitations.

VILLEROUGE - basse (ou les granges basses) située dans la direction de FABREZAN.


L'origine du Nom à travers les siècles

Villa Rubia, cum écclesia Sancti saturnini, 859 (A.D. 11 - H11).

Villa Rubra 1172 (A.D. 11 6 H25).

Villaruben Sapanosa = Lapanosa 1349 (A.D. 11 - H41).

Villa Rubra la Panoza 1426 (A.D.11 - non invent.).

Vylha Roja la crémada... Villa Rogia la pannosse 1537 (A.D.11 - C rech. Dioc. Narb.).

Villerouge la Pannouze 1639 (A.C. Narb. Invent. Rocq. II, 188).


Le château est cité en 1119.

La panouse : lieu où il y a eu du pain.

On ignore pouquoi les documents datant du début du XVIième siècle citent le lieu de VILLEROUGE avec l'appelation "La cremado". Peut-être un gros incendie. Par contre, je reste sceptique sur les dires de l'écrivain Mme Josette VILLEFRANQUE qui prétend que le terme" la crémado" remonte aux destructions de la guerre des Albigeois.

En étudiant les registres paroissiaux 1674-1792, l'appelation la Panouse y est mentionnée tous les ans sauf en 1751 où réapparaît le nom de la Crémade.

A signaler que VILLEROUGE la PANOUSE, a été confondue avec VILLEROUGE de TERMENES dans l'ouvrage édité par le C.N.R.S. en 1979 Paroisses et communes de France, dictionnaire d'histoire administrative et démographique.

#

On ne peut accéder aux ruines du château qu'à pieds (propriété privée).

Possibilité de garer sa voiture sur l'avenue des Corbières. Emprunter la petite rue du lavoir.

Vue sur la plaine des Corbières et la chaîne des Pyrénées.