Le Musée Charles Cros

(1er étage de la Mairie)


Ouvert tous les jours (sauf jours fériés) : de 9h à 12h et de 14h à 18h, le vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.
Possibilité de visites commentées : s’adresser à M. Tartera de l’Association « Les amis de Charles Cros ».

Biographie et oeuvres de Charles CROS

Le Musée Charles Cros
Charles Cros, inventeur et poète.

Charles Cros est né en 1842 à Fabrezan dans l'Aude. De 1850 à 1859, il accomplit ses études : langues anciennes, modernes, mathématiques, musique. En 1860, il entreprend des études de médecine qu'il abandonnera en 1863. En 1867, à l'Exposition universelle, Charles Cros présente un télégraphe automatique. Le 2 décembre de la même année, il dépose à l'Académie des sciences un pli cacheté sur la reproduction des couleurs, des formes et des mouvements.

Le même jour, le 7 mai 1869, Charles Cros et Louis Ducos Du Hauron, sans se connaître et sans avoir eu la moindre relation communiquent à la Société française de photographie leur méthode pour obtenir des photographies en couleurs. S'ensuit une polémique sur l'antériorité de la découverte : Charles Cros avait déposé un pli cacheté à l'Académie des sciences le 2 décembre 1867. Louis Ducos Du Hauron quant à lui avait déposé un brevet d'invention le 28 novembre 1868.
Le 18 avril 1877, Charles Cros est à Paris. Il adresse à l'Académie des sciences un pli cacheté sur le phonographe. Le pli est accepté le 30 avril. Le 17 décembre 1878, Edison dépose une demande de brevet. Tout comme le brevet de Ducos Du Hauron, celui d'Edison constitue un choc pour Charles Cros qui repart en guerre pour faire reconnaître ses droits de propriété.

A la plus belle

Nul ne l'a vue et, dans mon coeur,
Je garde sa beauté suprême ;
(Arrière tout rire moqueur !)
Et morte, je l'aime, je l'aime.
J'ai consulté tous les devins,
Ils m'ont tous dit : " C'est la plus belle ! "
Et depuis j'ai bu tous les vins
Contre la mémoire rebelle.
Oh ! ses cheveux livrés au vent !
Ses yeux, crépuscule d'automne !
Sa parole qu'encor souvent
J'entends dans la nuit monotone.
C'était la plus belle, à jamais,
Parmi les filles de la terre...
Et je l'aimais, oh ! je l'aimais
Tant, que ma bouche doit se taire.
J'ai honte de ce que je dis ;
Car nul ne saura ni la femme,
Ni l'amour, ni le paradis
Que je garde au fond de mon âme.
Que ces mots restent enfouis,
Oubliés, (l'oubliance est douce)
Comme un coffret plein de louis
Au pied du mur couvert de mousse.


Charles CROS